Problème #3 – Traités européens


Les traités européens encadrent l’utilisation de l’euro et imposent des politiques économiques néolibérales aux pays ayant adopté l’euro. Sans véritablement sortir de ces traités, les crypto-monnaies offrent l’opportunité d’un “crypto-frexit”.


I – L’euro, une simple monnaie commune ?

L’euro est la monnaie officielle de l’Union Européenne. Un pays qui fait de l’euro sa monnaie nationale est un pays qui a accepté toutes les conditions d’utilisation associées à l’euro, telle que la libre circulation des capitaux financiers (article 63 du Traité de Lisbonne). Ainsi, avec l’euro, l’évasion fiscale devient très difficile à réguler et les taxes sur les transactions financières faciles à éviter.

Sources de la vidéo :
« PARLEMENT EUROPÉEN : QUEL EST SON VRAI POUVOIR ? » (Osons Causer, 2019), YouTube.
« François Boulo est l’invité de Charles Gave » (Institut des Libertés, 2021), YouTube.
« Mr Mondialisation tombe dans le piège de la Taxe Tobin. » (Trouble fait, 2021), YouTube.
– Article 63 du Traité de Lisbonne évoqué dans la vidéo : https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/HTML/?uri=OJ:C:2008:115:FULL&from=FR

Il est important de bien réaliser qu’en utilisant l’euro, nous acceptons toutes les règles néolibérales qui régissent son fonctionnement. Ces règles pourraient bien entendu évoluer, mais en l’état actuel des choses, une ratification unanime d’un nouveau traité européen semble tout à fait hors de portée. Comment alors s’extirper de ces règles néfastes sans quitter l’U.E. ?


II – Faut-il souhaiter un retour aux francs ?

Renier l’euro, ce n’est pas forcément retourner aux francs. En 2019, quelle est la technologie la plus prometteuse lorsqu’il s’agit de proposer une alternative à l’euro (et au système bancaire et financier dans son ensemble) ? Les dispositifs d’enregistrement électronique partagé – ou D.L.T. en anglais – qui rendent possible la création et la gestion de crypto-monnaies.

Sources de la vidéo :
« Windows 11 : POURQUOI ?? » (Underscore_, 2021), YouTube.
« 😱 Il se fait VIRER car il est dans la crypto ?! | Hasheur Live » (Hasheur Live, 2022)YouTube.
« Avec l’Euro digital, la BCE prévoit une panne des banques » (L’Investisseur sans costume, 2020), YouTube.

Le problème n’est pas que les banques commerciales « frappent monnaie », mais que l’article 123 du Traité de Lisbonne impose qu’elles soient les uniques détentrices de ce privilège. Dès lors, nous nous retrouvons prisonniers des intérêts de ces entreprises à but lucratif, qui acceptent de prêter ou non aux ménages, aux entreprises, aux États. Les crypto-monnaies signent la fin de cet oligopole.


III – Les crypto-monnaies sont-elles volatiles ?

Depuis les Accords de la Jamaïque, notre devise nationale fait partie d’un système de changes flottants, c’est-à-dire que la valeur de notre monnaie est fixée par la loi de l’offre et de la demande sur le marché des changes (le « Forex »). De fait, nos politiques économiques doivent plaire un minimum à la sphère financière. Dans le cas contraire, la valeur de l’euro risque de chuter.

Or, rien n’oblige de s’en remettre aux traders pour fixer le cours d’une monnaie. Au contraire, c’est la porte ouverte à la spéculation et à la volatilité. Voilà pourquoi les crypto-monnaies ne sont pas instables par définition. Afin de leur attribuer un cours fixe, nous pouvons par exemple les arrimer à un étalon monétaire ou encore avoir recours à un cours forcé. Bref, on peut se passer de la Bourse.

Imaginerait-on laisser « flotter » la valeur du kilogramme en fonction des désidératas d’un “marché des masses” ? Si le kilogramme « flottait », ne serait-il pas pratique d’exporter à nos amis états-uniens plus ou moins de tonnes d’un produit suivant les variations du kilogramme par rapport à la livre (pound) ? Bien évidemment, non. Dès lors, pourquoi procède-t-on de cette manière avec nos unités monétaires ?

IV – Que peut-on faire concrètement ?

Au travers, entre autres, du traité de Lisbonne et des Accords de la Jamaïque, le monde de la finance s’est arrogé le droit de décider des politiques économiques que nous devons suivre. La finance n’est plus à notre service, nous sommes au service de la finance. Face à ce triste constat, il ne nous reste plus qu’à boycotter le principal outil de ce système, à savoir la monnaie-dettes (i.e. l’euro en France).

Source de la vidéo :
« BILAN : J’AI VÉCU 30 JOURS AVEC DES BITCOINS » (LES AUTODISCIPLES, 2017), YouTube.

Vous voici rendu(e) au terme de ce module #3, qui présente les crypto-monnaies comme un moyen efficace de nous libérer de la domination du système financier sur nos vies et ce, en nous permettant d’utiliser une alternative à son ignoble monnaie-dettes et l’austérité qu’elle nous impose. Une autre économie est possible.


Si vous suivez les politiques monétaires menées par nos banques centrales depuis 2008, vous vous demandez probablement comment protéger votre argent de la prochaine crise monétaire.

Découvrez maintenant pourquoi vous avez tout intérêt à posséder des crypto-monnaies qui, à long terme, sont plus sûres que les monnaies-dettes
-> SE DÉSOLIDARISER DE LA FINANCE <-