Problème #3 – Traités européens


Les traités européens encadrent l’utilisation de l’euro et imposent des politiques économiques néolibérales aux pays ayant adopté la monnaie unique. Sans véritablement sortir de ces traités, les crypto-monnaies offrent l’opportunité d’un “crypto-frexit”.


Pour ceux qui se demanderaient ce que nous entendons par « capitalisme » et « monnaies-dettes »,
nous avons concocté ce quiz sur la genèse de notre système économique.


I – Union Européenne, quel bilan ?

Depuis le traité de Maastricht (1992), l’Union Européenne repose sur des bases idéologiques néolibérales, qui imposent des contraintes économiques “heureuses car ce sont des contraintes libérales”. Le rôle des traités européens est ainsi de construire un cadre institutionnel et juridique qui empêche les États de mener des politiques économiques nuisibles au bon fonctionnement de l’économie de marché.

Il est impossible de changer de politiques économiques au sein de l’U.E.
Sources de la vidéo
« J’ATOMISE LA DROITE ET LA GAUCHE » (Praxis – Par François Boulo, 2021), YouTube.
« ON S’INFILTRE DANS UN MUSÉE DE PROPAGANDE ! 😱 » (Canard Réfractaire, 2021), YouTube.

Au travers des traités européens et des Accords de la Jamaïque (instauration d’un système de changes flottants), les marchés financiers nous dictent les politiques économiques que nous devons suivre. La finance n’est plus à notre service, nous sommes au service de la finance. Face à ce triste constat, doit-on boycotter le principal outil de ce système, à savoir la monnaie-dettes (i.e. l’euro en France) ?


II – L’euro, une simple monnaie commune ?

L’euro est la monnaie officielle de l’Union Européenne. Un pays qui fait de l’euro sa monnaie nationale est un pays qui a accepté toutes les conditions d’utilisation associées à l’euro, telle que la libre circulation des capitaux financiers (article 63 du Traité de Lisbonne). Ainsi, avec l’euro, l’évasion fiscale devient très difficile à réguler et les taxes sur les transactions financières faciles à éviter.

Les institutions économiques européennes sont indépendantes, l’idée étant de les protéger des risques liées à la démocratie, à savoir les dérives électoralistes.
Sources de la vidéo
« PARLEMENT EUROPÉEN : QUEL EST SON VRAI POUVOIR ? » (Osons Causer, 2019), YouTube.
« François Boulo est l’invité de Charles Gave » (Institut des Libertés, 2021), YouTube.
« Mr Mondialisation tombe dans le piège de la Taxe Tobin. » (Trouble fait, 2021), YouTube.
– Article 63 du Traité de Lisbonne évoqué dans la vidéo : https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/HTML/?uri=OJ:C:2008:115:FULL&from=FR

Il est important de bien réaliser qu’en utilisant l’euro, nous acceptons toutes les règles néolibérales qui régissent son fonctionnement. Ces règles pourraient bien entendu évoluer, mais en l’état actuel des choses, une ratification unanime d’un nouveau traité européen semble tout à fait hors de portée. Comment alors s’extirper de ces règles néfastes sans quitter l’U.E. ?


III – Et si on créait nous-mêmes l’argent ?

En 1817, l’économiste Ricardo militait pour que l’État puisse aussi créé la monnaie par le crédit, et non plus uniquement les banques. En 1865, le Président Lincoln déclarait que la démocratie devait s’émanciper des puissances de l’argent en acquérant le pouvoir monétaire. Au final, les banques et l’État se sont disputé ce privilège entre 1944 et 1973 (Bretton Woods) : les fameuses « Trentes Glorieuses ».

Pour être souverain, un État doit pouvoir créer par lui-même sa propre monnaie.
Sources de la vidéo
« Étienne Chouard [EN DIRECT] » (Thinkerview, 2017), YouTube.
« Inédit n°2 – Interview d’Étienne Chouard » (Le Media Pour Tous, 2020), YouTube.
« Changement de Civilisation ? Marc Luyckx Ghisi [EN DIRECT] » (Thinkerview, 2017), YouTube.
+ Article 123 du Traité de Lisbonne évoqué dans la vidéo :
https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/HTML/?uri=CELEX%3A12008E123

Le problème n’est pas que les banques commerciales « frappent monnaie », mais que l’article 123 du Traité de Lisbonne édicte qu’elles soient les uniques détentrices de ce privilège. Dès lors, nous nous retrouvons prisonniers des intérêts de ces entreprises à but lucratif, qui acceptent de prêter ou non aux ménages, aux entreprises, aux États. Ne faudrait-il pas mettre fin à cet oligopole ?


IV – Vers une révolution monétaire ?

Renier l’euro, ce n’est pas forcément retourner aux francs. En 2019, quelle est la technologie la plus prometteuse lorsqu’il s’agit de proposer une alternative à l’euro (et au système bancaire et financier dans son ensemble) ? Les dispositifs d’enregistrement électronique partagé – ou D.L.T. en anglais – qui rendent possible la création et la gestion de crypto-monnaies.

Les crypto-monnaies peuvent nous permettre de reprendre le pouvoir de la monnaie.
Sources de la vidéo
« Windows 11 : POURQUOI ?? » (Underscore_, 2021), YouTube.
« 😱 Il se fait VIRER car il est dans la crypto ?! | Hasheur Live » (Hasheur Live, 2022), YouTube.
« Avec l’Euro digital, la BCE prévoit une panne des banques » (L’Investisseur sans costume, 2020), YouTube.

Les traités européens ont été conçus de façon à instituer la subordination des États aux marchés financiers. Pour nous libérer des contraintes économiques néolibérales, nous avons principalement trois options : sortir des traités européens actuels (i.e. frexit), ratifier de nouveaux traités, ou adopter (en parallèle) une autre monnaie que l’euro (qu’il s’agirait bien entendu de dépenser intelligemment).

Vous voici rendu(e) au terme de ce module #3, qui présente les crypto-monnaies comme un moyen efficace de nous libérer de la domination du système financier sur nos vies et ce, en nous permettant d’utiliser une alternative à l’euro ou à tout autre ignoble monnaie-dettes. Une autre économie est possible.


Si vous suivez les politiques monétaires menées par nos banques centrales depuis 2008, vous vous demandez probablement comment protéger votre argent de la prochaine crise monétaire.

Découvrez maintenant pourquoi vous avez tout intérêt à posséder des crypto-monnaies qui, à long terme, sont plus sûres que les monnaies-dettes
-> SE DÉSOLIDARISER DE LA FINANCE <-



N.B. : Le néolibéralisme se montre-t-il pertinent et efficace ? ↓
« Les politiques conçues pour réduire l’ingérence de l’État dans l’économie finissent en réalité par produire plus de règlementations, plus de bureaucrates, plus d’interventions policières ! Cet apparent paradoxe s’observe si régulièrement que nous sommes en droit, je pense, de l’élever à la dignité de loi sociologique générale. Je propose de l’appeler la “ loi d’airain du libéralisme ” » – David Graeber, dans Bureaucratie, 2015 (1).

Les traités européens reposent sur des dogmes économiques aberrants.

Non seulement les traités européens néolibéraux aggravent la complexité administrative qu’ils devaient réduire, mais ils provoquent d’inutiles surcoûts (le prix de l’électricité n’est plus fixé selon son coût de production, mais selon la loi de l’offre et de la demande, au travers d’intermédiaires financiers ; l’électricité n’en devient pas meilleure, elle devient juste plus chère, il y a désormais des intermédiaires à rémunérer).

Sources de la vidéo :
« [Hausse de l’électricité +44,5%] : Comment la concurrence a fait exploser les factures ! – VF#7 » (Trouble Fait, 2022), YouTube.
« ÉLECTRICITÉ ⚡️ CE DOGME STUPIDE QUI PERMET D’ARNAQUER LES FRANÇAIS …2 FOIS » (Tatiana Ventôse, 2022), YouTube.
« Les 5 pires arnaques de l’électricité privatisée » (Osons Causer, 2022), YouTube.