Enjeu #5 – Écrire l’Histoire


La période que nous traversons marquera l’Histoire. Nos choix et nos actions impacteront fortement les générations qui nous suivront. Bien entendu, un grand pouvoir implique de grandes responsabilités. Une autre économie est possible.


I – Changer de paradigme

Une chose est sûre, nous ne résoudrons pas les problèmes du monde avec le même système économique qui les a engendrés. Changer de monnaie est un événement historique loin d’être anodin. Selon l’anthropologue David Graeber, l’âge axiale – qui aurait vu l’émergence de nouveaux modes de pensée – coïncide avec l’introduction d’une nouvelle monnaie, les pièces.

Maintenant, qu’est-ce qui distingue une crypto-monnaie de nos euros scripturaux ? Intrinsèquement, les deux ne sont rien d’autre que des bits informatiques. En revanche, l’euro relève d’une convention sociale bien supérieure, on peut les dépenser à peu près n’importe où (là où les crypto-monnaies sont encore très peu acceptées dans les points de vente).

Des civilisations plus avancées pourraient trouver choquant que des projets d’intérêt général ne voient pas le jour, faute d’unités monétaires immatérielles pour les financer.

Si l’argent dirige le monde, alors pour changer la direction du monde, ne suffit-il pas de changer l’argent ? Une crypto-monnaie peut tout à fait faire office de moyen de paiement, tout en appartenant à un système économique davantage en phase avec nos valeurs. Bâtir une nouvelle économie, voilà un stimulant périple que retiendra l’Histoire.


II – « Blockchain revolution » : où en est-on ?

Courbe de diffusion de l'innovation de Everett Rogers.
La propagation des nouvelles technologies ou idées suit souvent les mêmes étapes
(cf. Everett Rogers, Geoffrey Moore, Malcolm Gladwell).

Généralement, une invention ou un mouvement social commence par être porté par un visionnaire, qui fait sensation parmi quelques spécialistes du domaine concerné (mavens). Seuls les passionnés ou curieux (innovators) percevront le potentiel du projet présenté. Quant aux non-initiés, ils n’y verront que délire spéculatif ou déconcertante utopie.

Puis, parmi les innovators surgissent des pédagogues ou entrepreneurs (salesmen), qui vont se servir du projet à des fins personnelles, quitte à s’éloigner un peu de la vision de départ. En parvenant à créer un nouveau besoin chez certains de leurs prospects (early adopters) – pour de mauvaises raisons parfois – ils vont susciter la méfiance de l’opinion publique.

On entre alors dans la zone de tous les dangers (chasm) ; un enthousiasme démesuré car marginal (p.e. bulle internet, bulle Bitcoin) ou une interdiction législative peut mettre un terme à la propagation espérée. Pour en sortir, il faut atteindre une masse critique (tipping point), ce qui nécessite une réduction des efforts ou des risques liés à l’adoption de la technologie / idée à diffuser.

Les crypto-monnaies devraient avant tout être un moyen de paiement et non un outil de spéculation. Elles resteront par conséquent en plein chasm, tant que nous serons trop peu nombreux à accepter d’être réglé en crypto-monnaies plutôt qu’en euros. Le premier territoire qui y parviendra écrira l’Histoire de l’après monnaies-dettes.


III – Y a plus qu’à ?

La prochaine crise financière pourrait motiver nos concitoyens à passer aux crypto-monnaies. Pouvant les adopter depuis chez soi, par internet, sans avoir à se déplacer, cela devrait de surcroît aider à leur démocratisation. En attendant, la force des habitudes et le confort de l’inaction risquent d’être plus forts pour la “late majority”.

En ce qui concerne la “early majority“, en 2019, avoir un pied dans les deux mondes en adoptant une alternative à la monnaie bancaire se révèle d’ores et déjà nettement moins difficile ou risqué. Depuis que l’on peut en quelqe sorte dépenser ses crypto-monnaies en magasin, rejoindre la crypto-aventure est en effet devenu très peu contraignant :

Logo de la société Wirex, qui propose une crypto-carte, permettant de dépenser ses crypto-monnaies partout.

Avec la carte Wirex, gagner sa vie en cryptos est désormais possible ; les cryptos que vous gagnez peuvent facilement être converties et chargées sur une carte bancaire, puis dépensées.


AVANTAGES WIREX

Avec le parrainage, vous récupérez 5€ en Bitcoin pour votre premier achat supérieur à 100€ parmi les crypto-monnaies proposées (p.e. Bitcoin, Litecoin, Ether, Waves, Nano, Stellar, etc.).

Avec la carte Wirex, convertissez à tout moment vos crypto-monnaies en euros et dépensez-les chez un commerçant. Vos fonds sont donc immédiatement disponibles ou presque.

Avec le programme Cryptoback, vous récupérez en Bitcoin, 0,5% de chaque dépense effectuée à l’aide de votre carte Wirex. Peu de cartes bancaires classiques proposent un cashback.

Vous pouvez aisément rapatrier vos Bitcoin, Ether, Waves, etc., sur un wallet (p.e. Atomic Wallet ou Waves Wallet), puis les transférer de nouveau sur votre carte Wirex (pour les reconvertir en euros).

INCONVÉNIENTS WIREX

Cette méthode est souvent plus chère, puisqu’il y a un intermédiaires en plus. Réalisez plutôt vos achats de cryptos, directement depuis un Exchange (cf. module 2).

Wirex travaille avec Visa, afin que vous puissiez dépenser vos crypto-monnaies partout. Leur partenariat peut toutefois prendre fin ; cette mésaventure est arrivée à la carte TenX.

Pour obtenir votre carte Wirex, il vous en coûtera 1,20€/mois. Il vous faudra dès lors dépenser plus de 240€/mois avec celle-ci pour que le programme Cryptoback couvre ce coût.

Wirex ne fournit aucune clé privée (i.e. c’est un custodial service). Si l’entreprise ferme, vous n’êtes pas 100% sûr(e) de revoir les cryptos déposées sur votre portefeuille électronique Wirex.


Les crypto-monnaies ont besoin de crypto-héros et crypto-héroïnes pour combattre la spéculation (s’en servir comme un moyen de paiement plutôt que comme un moyen de gagner des revenus sans travailler). Tous ensemble, nous pourrons alors disrupter un système financier imparfait et ainsi, écrire l’Histoire. À l’inverse, si l’on ne fait rien, rien ne sera fait.

Vous voici rendu(e) au terme de cette formation sur les enjeux politiques et sociaux sous-tendus par les crypto-monnaies, à savoir se désolidariser des banques, protéger son épargne d’une chute du cours de l’euro, renforcer notre résilience économique et enfin, bâtir une autre économie.

N.B. : Dans l’idéal, dans une crypto-économie mature, nous nous payons les uns les autres en cryptos, nul besoin de passer par la case “euro”. En attendant, il faut bien comprendre que pour obtenir des crypto-monnaies en échange d’euros, il doit y avoir en face des gens souhaitant échanger leurs crypto-monnaies contre des euros.

P.S. : Avant de pouvoir ouvrir un compte et pour éviter le blanchiment d’argent, Wirex doit vous faire passer une procédure K.Y.C. (Know Your Customer). Vous devrez fournir une photocopie de votre carte d’identité / passeport (au choix), un relevé de compte, et parfois, transmettre un selfie daté du jour même.

Wirex a des concurrents directs, tels que crypterium, crypto.com, TenX, nexo, monolith, swipe ou coinbase (liste non exhaustive).