#Bonus – Tutoriels


Il existe une multitude de façon de militer et de devenir acteur du changement. Avec les crypto-monnaies, n’importe qui peut prendre part à une véritable révolution sociétale depuis son canapé. Une autre économie est possible.


Pour ceux qui se demanderaient ce que nous entendons par « capitalisme » et « monnaies-dettes »,
nous avons concocté ce quiz sur la genèse de notre système économique.


I – Comment acquérir des crypto-monnaies ?

À l’image des bureaux de change, il est possible d’échanger des monnaies-dettes contre des crypto-monnaies. Soit avec votre carte de crédit habituelle, directement depuis certains portefeuilles électroniques (p.e. Atomic Wallet, Exodus), des Exchanges ou des revendeurs spécialisés type Coinbase ou Coinhouse (des français), soit – plus rare – avec du liquide.

Pour rappel, un portefeuille électronique (wallet en anglais) est une application qui vous permet de recevoir et d’envoyer un ou plusieurs types de crypto-monnaies. Un Exchange (plateforme d’échange en français) est une place de marché virtuelle, sur laquelle vous pouvez acheter / échanger des crypto-monnaies (soit contre des euros, soit contre d’autres crypto-monnaies).

  • Guide d’installation d’un portefeuille électronique Atomic. Vos crypto-monnaies ne se trouvent pas dans votre portefeuille électronique. Supprimer l’application de votre téléphone ne les supprimera donc pas. La seule chose que vous devez absolument conserver précieusement est votre clé privée et/ou votre phrase de récupération (« passphrase », « seed phrase », « secret words », etc.).
  • Guide d’utilisation de l’Exchange Binance Jersey. Il existe un très grand nombre d’Exchanges (Binance, Kraken, Huobi, KuCoin, HitBTC, LAToken, Bittrex, etc.). Binance Jersey offre l’avantage d’accepter les virements bancaires en euros, option plus fastidieuse, mais moins coûteuse en frais. Pour pouvoir y déposer des euros, il faut alors passer une procédure K.Y.C (i.e. prouver son identité).
Ne plus utiliser la monnaie du « système » procure un intense sentiment de liberté.
Source de la vidéo
« BILAN : J’AI VÉCU 30 JOURS AVEC DES BITCOINS » (LES AUTODISCIPLES, 2017), YouTube.

II – Crypto-révolution : où en est-on ?

Généralement, une invention ou un mouvement social commence par être porté par un visionnaire, qui fait sensation parmi quelques spécialistes du domaine concerné (mavens). Seuls les passionnés ou curieux (innovators) perçoivent le potentiel du projet présenté. Quant aux non-initiés, ils n’y voient que délire spéculatif ou déconcertante utopie (« Ridicule ! »).

Courbe de diffusion de l'innovation de Everett Rogers.
La propagation des nouvelles technologies ou idées suit souvent les mêmes étapes
(cf. Everett Rogers, Geoffrey Moore, Malcolm Gladwell).

Puis, à la suite des innovators surgissent des pédagogues ou entrepreneurs (salesmen), qui s’y intéresse parfois à des fins personnelles, quitte à s’éloigner un peu de la vision de départ. En parvenant à créer un nouveau besoin chez leurs prospects (early adopters) – pour de bonnes ou mauvaises raisons – ils suscitent la méfiance de l’opinion publique (« Dangereux ! »).

On entre ensuite dans la zone de tous les dangers (chasm), où l’on va chercher le grand public. C’est à ce stade que se trouvent les crypto-monnaies en 2019. Atteindre la masse critique (tipping point) et sortir avec brio du chasm, nécessite généralement une réduction des efforts ou des risques liés à l’adoption de la technologie / idée à diffuser.

C’est enfin au tour des leaders d’opinion ou “influenceurs” (connectors) de montrer par l’exemple qu’adopter cette idée / innovation est simple, rapide et moins coûteux que de continuer avec l’ancien système (« Évident ! »). C’est alors l’occasion pour les entreprises de montrer qu’elles ne sont pas à la traîne, venant ainsi alimenter la dynamique en cours.


III – Où en est la technologie ?

En 2009, naissait le Bitcoin, une crypto-monnaie basée sur le principe de la monnaie-or (d’où le terme mining). Pas d’endettement ici, le Bitcoin existe sans que nous ayons à nous endetter pour le créer et nous pouvons parfaitement l’utiliser pour régler une transaction. Pour éviter que la valeur des crypto-monnaies soient volatiles, l’on pourrait recourir à un cours forcé et empêcher ainsi la spéculation.

Eh oui, les crypto-monnaies devraient avant tout être un moyen de payer et non de spéculer. Voilà pourquoi à court ou moyen terme, il nous revient d’apprendre à payer (ou être payée) en crypto-monnaies. Cela dit, le Bitcoin semble loin d’être idéal au vu de sa consommation énergétique démente. A-t-on fait des progrès depuis 2009 ? Cette technologie peut-elle accueillir un afflux massif d’utilisateurs ?

Etat-de-lArt

Si la plupart des crypto-monnaies actuelles ne sont pas exemptes de toutes critiques (consommation énergétique excessive, volatilité ahurissante, sans parler des arnaques pures et simples), il existe dans le tas de nombreux beaux projets. Ammoneo n’étant pas un site de conseils en investissement, nous vous encourageons à faire vos propres recherches.


IV – Comment sera vu l’euro dans le futur ?

Pour qu’une économie tourne correctement, 4 systèmes s’avèrent utiles : le système de paiement (afin de nous payer les uns les autres), le marché des capitaux (afin d’investir), le système de crédit (afin d’injecter de la nouvelle monnaie là où il y en a besoin) et le système fiscal (afin de réaliser des dépenses publiques pertinentes avec les impôts levés). Trois de ces systèmes sont dans des mains privées…

Grâce à la technologie derrière les crypto-monnaies, nous sommes dorénavant en mesure de court-circuiter notre dépendance envers des institutions bancaires / financières nuisibles et moribondes. Techniquement, nous pouvons enfin nous dispenser de ces intermédiaires devenus superflus. Il s’agirait idéalement de déprivatiser cet outil social qu’est la monnaie, et même d’en faire un « commun ».

Docu-fiction sur la vision que nous aurons des monnaies-dettes en 2056.
Source de la vidéo
« « Survivre avant l’effondrement » – Documentaire complet – 2056 – VOSTFR » (La Grenouille Gauloise, 2019), YouTube.

Pour information, la monnaie a longtemps été gérée de façon démocratique / horizontale / libérale, chacun pouvant faire crédit à l’autre, tel que dans un S.E.L. (p.e. tablettes sumériennes, monnaie-bétail, monnaie-jeton de la Grèce Antique, etc.). Frapper monnaie est ensuite devenu un privilège, réservé aux seigneurs, au Roi / Empereur, à l’État puis au « Marché » (c’est-à-dire le système bancaire et financier).

Vous voici rendu(e) au terme de ce module #Bonus, qui vise à faciliter votre immersion dans la cryptosphère. Nous sommes nombreux à espérer un monde plus humain. Or, un des chantiers à entreprendre est celui d’une sortie progressive du système de monnaie-dettes. Une autre économie est possible.


Les crypto-monnaies sont des outils. Comme tout outil, c’est ce que nous en faisons, notre façon de l’utiliser qui déterminera si cet outil apportera plus de bienfaits que de méfaits.

Pour entrevoir comment nous servir au mieux des crypto-monnaies, voici nos propositions pour
-> FAIRE ADVENIR L’APRÈS-CAPITALISME <-



N.B. : Regretterez-vous l'idéologie néolibérale ? ↓
La théorie du ruissellement est une clé de voûte du néolibéralisme (laisser libre-cours à la quête de profits des individus, c’est-à-dire ne pas l’entraver avec de la régulation et des taxes). En effet, à sa genèse se trouve la fable des abeilles de Bernard Mandeville et sa célèbre maxime « les vices privés font la vertu publique », qui illustre l’idée selon laquelle l’enrichissement d’une élite profite in fine à toute la société.

L’idéologie néolibérale repose également sur la croyance en l’existence d’un divin “Marché”.

Le libéralisme économique n’a rien à voir avec le libéralisme politique – dont la naissance remonterait à Thomas Hobbes (1588-1679) et John Locke (1632-1704) – qui soutient que la légitimité des souverains réside dans le fait d’œuvrer dans l’intérêt de leurs sujets (et déplore de voir que ce sont plutôt les gouvernés qui sont au service des dirigeants). Le libéralisme économique milite quant à lui pour le libre marché.

Source de la vidéo :
« Dany Robert Dufour : Une histoire souterraine du capitalisme » (Cercle Aristote, 2020), YouTube.