Problème #5 – Dérèglement climatique


Les crypto-monnaies peuvent aider à tempérer le problème du dérèglement climatique. Pas de “capitalisme vert” ici, mais une remise en cause nécessaire d’une organisation économique dont la seule vocation est la croissance.


I – Capitalisme = croissance perpétuelle ?

Comme vous le savez, plutôt que de laisser l’argent « dormir », nous nous sommes organisés de façon à le prêter à intérêt (afin qu’il soit remis en circulation). L’argent n’est plus un simple intermédiaire des échanges, c’est aussi et surtout un capital (il rapporte des revenus). C’est ce qu’on appelle le capitalisme, qui se distingue des périodes où la religion interdisait de prêter à intérêt de l’argent.

L’ennemi de l’environnement est le fait que la quête de profits soit le principal moteur de nos économies modernes, ce qui in fine conditionne nos pays à produire et à consommer toujours plus de biens et services.

Sources de la vidéo :
« Environnement, économie, effondrement : la quadrature du cercle ? – Pierre-Yves Longaretti » (Comprendre et Agir, 2017), YouTube.
« Qui crée l’argent? Et comment? – Heu?reka #6 » (Heu?reka, 2015), YouTube.

L’organisation économique capitaliste a été fondée sur le principe d’inciter les grandes fortunes à faire circuler leur épargne, en la rémunérant (via les intérêts). Mais si l’argent doit faire des petits (i.e. les intérêts), alors la croissance économique est généralement de mise. Le capitalisme est de fait plus ou moins synonyme de matraquage publicitaire et de société de consommation.


II – Capitalisme = dérèglement climatique ?

En très raccourci : qui dit capitalisme, dit croissance, dit produire toujours plus et qui dit produire toujours plus, dit augmentation des dégâts environnementaux. Or, nous ne sortirons pas du capitalisme sans créer une infrastructure technique pouvant supporter une organisation économique alternative. Bref, il nous faut un concurrent au système bancaire et financier.

Maintenant, qu’est-ce qui distingue une monnaie-dettes, tel que l’euro (scriptural), d’une crypto-monnaie ? Intrinsèquement, ces deux monnaies ne sont rien de plus que des bits informatiques. En revanche, les crypto-monnaies peuvent être régies par des règles non-capitalistiques. La fable de la onzième rondelle illustre superbement ce changement de paradigme économique.

Onzieme-rondelle

En adoptant les crypto-monnaies, la Société n’aurait plus à emprunter sa monnaie à de coûteux intermédiaires (figurés par l’Étranger dans la fable). Il y aurait alors de l’argent dans le pays, sans avoir eu à l’emprunter au préalable à une élite économique, qui exige en retour toujours plus de rendement, rendement lui-même issu d’une croissance économique perpétuelle et déraisonnable.


III – Une nouvelle infrastructure économique ?

Une croissance ponctuelle d’un secteur économique tel que le recyclage ne serait pas une mauvaise chose en soi. L’ennemi de l’environnement n’est donc pas la croissance, mais la croissance systématique et perpétuelle qui vient avec le capitalisme. Concrètement, l’ennemi de l’environnement est notre dépendance envers ceux qui créent ou détiennent la monnaie et qui nous la prêtent dans un but lucratif.

On l’a vu, avec les crypto-monnaies, nous pouvons nous réapproprier la monnaie et la faire circuler différemment et ce, afin que l’économie soit davantage guidée par l’intérêt général plutôt que par la quête de profits des prêteurs. Il s’agit en fait de bâtir une infrastructure économique où les grandes fortunes et les banques auraient un rôle modéré dans le fonctionnement de l’économie.

Si le communisme planificateur alloue la monnaie dans l’économie de façon centralisée, le capitalisme l’alloue de façon décentralisée. Quant aux crypto-monnaies, certains projets prévoient un seul centre d’émission (modèle A = « premining ») et d’autres plusieurs (modèle B = « mining »), tandis que d’autres n’en prévoient aucun (modèle C = « mutual credit crypto-accounting »).

Au travers de l’utilisation d’une crypto-monnaie, ce sont les règles de fonctionnement d’un nouvel ordre socio-économique que nous adoptons. Cela dit, les crypto-monnaies ne sont qu’un outil et un outil peut être mal utilisé ou se retrouver entre les mauvaises mains. Le remplacement d’un système capitaliste vieux de plusieurs siècles semble néanmoins plus que jamais à portée de mains.


IV – Crypto-révolution : où en est-on ?

Généralement, une invention ou un mouvement social commence par être porté par un visionnaire, qui fait sensation parmi quelques spécialistes du domaine concerné (mavens). Seuls les passionnés ou curieux (innovators) perçoivent le potentiel du projet présenté. Quant aux non-initiés, ils n’y voient que délire spéculatif ou déconcertante utopie (« Ridicule ! »).

Courbe de diffusion de l'innovation de Everett Rogers.
La propagation des nouvelles technologies ou idées suit souvent les mêmes étapes
(cf. Everett Rogers, Geoffrey Moore, Malcolm Gladwell).

Puis, à la suite des innovators surgissent des pédagogues ou entrepreneurs (salesmen), qui s’y intéresse parfois à des fins personnelles, quitte à s’éloigner un peu de la vision de départ. En parvenant à créer un nouveau besoin chez leurs prospects (early adopters) – pour de bonnes ou mauvaises raisons – ils suscitent la méfiance de l’opinion publique (« Dangereux ! »).

On entre ensuite dans la zone de tous les dangers (chasm), où l’on va chercher le grand public. C’est à ce stade que se trouvent les crypto-monnaies en 2019. Atteindre la masse critique (tipping point) et sortir avec brio du chasm, nécessite généralement une réduction des efforts ou des risques liés à l’adoption de la technologie / idée à diffuser.

C’est enfin au tour des leaders d’opinion ou “influenceurs” (connectors) de montrer par l’exemple qu’adopter cette idée / innovation est simple, rapide et moins coûteux que de continuer avec l’ancien système (« Évident ! »). C’est alors l’occasion pour les entreprises de montrer qu’elles ne sont pas à la traîne, venant ainsi alimenter la dynamique en cours.

Vous voici rendu(e) au terme de ce module #5, qui présente les crypto-monnaies comme des alliées de choix dans la construction d’une société post-capitaliste (où course aux profits, croissance / consommation et dérèglement climatique seraient tempérés). Une autre économie est possible.


Avec l’aide des crypto-monnaies, tout un chacun peut contribuer à son échelle à poser les fondations d’une nouvelle organisation économique. Pour cela, il suffit d’utiliser et par conséquent légitimer une alternative aux monnaies-dettes.

Découvrez maintenant comment rendre ces modules plus concrets en passant de la théorie à la pratique (module #Bonus)
-> TUTORIELS <-



N.B. : Si les crypto-monnaies vous intéressent peu, mais que le champs des possibles qu’elles ouvrent vous stimule davantage, nous vous invitons à consulter nos propositions, rédigées sous forme de livres blancs.