Moderniser notre Économie pour accélérer notre transition énergétique.

Aujourd'hui nos élites politiques et économiques partent du principe que notre organisation économique est parfaite.
À l'aide de l’innovation monétaire, il serait pourtant possible de l’améliorer
.

 

La certitude selon laquelle notre organisation économique aurait atteint le stade ultime, qu’elle ne pourrait en aucun cas évoluer, est infondée.

 

1 – Non, les banques ne créent pas de l’argent “ex nihilo” (i.e. à partir de rien).

Que cela soit dit une fois pour toute : nos banques commerciales ne peuvent pas faire n’importe quoi, elles ne peuvent pas émettre de la monnaie comme bon leur semblent, elles ne peuvent pas créer de l’argent à tout va. (Si c’était le cas, Lehman Brothers n’aurait jamais fait faillite en 2008.)

En revanche, elles mettent bel et bien en circulation la monnaie scripturale ; nous avons besoin d’euros, il faut bien quelqu’un pour les injecter dans l’Économie. En effet, les 200 000€ qu’un emprunteur obtient de la part de sa banque afin d’acheter son appartement à crédit, n’existaient pas avant que la banque ne les aient créés. On parle de création monétaire par le crédit.
Notre argent n’est donc pas créé ex nihilo, mais ex credito.

Autrement dit, chaque euro introduit dans l’Économie est le versant opposé d’un emprunt. Or qui dit emprunt, dit dette. Nous comprenons alors pourquoi la quasi totalité des nations de ce monde sont lourdement endettés, car sans dettes, pas de monnaie.

Eh oui, nos euros ne sont plus garantis par un certains poids d’or comme du temps de l’étalon-or, mais par toutes sortes d’actifs financiers, dont des reconnaissances de dettes, tel que les bons du Trésor. C’est pourquoi l’on parle de monétisation de dettes. Sans dettes, pas de monnaie (bis).

Pour autant, est-ce un bon système ? Nous ne le pensons pas.

Les crypto-monnaies n’ayant pas recours à la monétisation de dettes pour être créées, elles pourraient nous libérer de cet endettement massif auprès des banques – aujourd’hui nécessaire à la création de notre monnaie scripturale – qui plombe notre budget et entrave nos politiques de transition énergétique, faute de moyens.

 

2 – Non, nous ne travaillons pas toute notre vie pour rembourser les banques.

Il y a sur Terre plus de dettes que de monnaie : si toutes les dettes n’engendre pas une création de monnaie, la quasi-intégralité de notre monnaie est issue d’une dette (la valeur de notre monnaie ne repose pas sur du vide, mais sur une promesse de remboursement).
Aussi, d’un point de vue mathématique, nous sommes tous endettés.

Malheureusement, la dette vient avec un poids économique que l’on appelle “charge de la dette”, à savoir les intérêts qu’il faut rembourser en supplément du principal. En effet, nos banques ne créent pas l’argent gratuitement (tout travail mérite salaire).

“Comme le montrait déjà Turgot, dans cette comparaison où il assimilait le taux de l’intérêt au niveau de la mer, de même que celle-ci, en s’élevant ou s’abaissant, recouvre ou, au contraire, livre à l’Homme des terres nouvelles à cultiver, de même l’intérêt, quand il s’élève ou s’abaisse, diminue ou au contraire accroît le champs des activités rentables.” – P-B. Vigreux

En recourant davantage aux crypto-monnaies, il serait possible de réduire fortement la charge de la dette qui pèse sur notre Économie. Est-il normal que notre gouvernement paie chaque année des milliards d’euros pour un service qui pourrait lui être rendu gratuitement en ce début de XXIe siècle ?

Moderniser notre Économie permettrait ainsi d’éviter des surcoûts inutiles – qui certes, ne nécessitent pas que nous travaillons toute notre vie pour les rembourser – mais qui augmentent tout de même sensiblement le coût de la vie et rend inaccessible la transition énergétique à nombre de ménages français.

(Attention, le terme crypto-monnaie ne rime pas avec Bitcoin, une crypto-monnaie nécessitant une puissance de calcul de plus en plus considérable pour continuer à fonctionner.)

 

P.S. :
Merci à notre lecteur Norman H. qui nous a inspiré cette chronique, en nous interrogeant sur le sérieux du texte ci-dessous, rédigé par un docteur en économie.

Si l’auteur soulève de bonnes questions, vendre un livre nécessite généralement de recourir au sensationnalisme. D’une part les banques ne créent pas la monnaie à partir de rien, d’autre part nous ne travaillons pas toute notre vie pour leur rembourser ce service qu’elles nous rendent.

Vous aussi, n’hésitez pas à nous envoyez vos questions à contact@ammoneo.org.

 

Sources :
Occupy money, M. Kennedy, Gabriola Island, New Society Publishers, 2012, p.23-24.
Les secrets de la monnaie, G. Foucher, Gap, Éditions Yves Michel, 2013, p.28.
The future of money, B. Lietaer, Londres, Century, 2001, p.53-54.
De la monnaie à l'économie, P-B. Vigreux, Paris, LGDJ, 1938, p.156

 


Pour lire en ligne notre livre blanc, cliquez sur la couverture.

Tel qu’il est conçu actuellement, notre système capitaliste peine à fonctionner (chômage de masse, destruction de l’environnement, crises à répétition, etc.). Nous n’avons pas bâti une organisation économique pérenne du premier coup. Heureusement, rien ne nous oblige à en rester là, à simplement constater.

Et s’il y avait un après ? Une seconde chance ?

L’activité économique n’est pas condamnée à être dirigée soit par l’État (i.e communiste), soit par le Marché voire un mix des deux. En parcourant notre livre blanc, découvrez les nouvelles voies qui s’ouvrent à nous grâce à une utilisation judicieuse des crypto-monnaies.





Votre adresse email ne sera pas revendue. Aucun risque de spam ici.