Module #4 : Favoriser la résilience


Ce module doit, d’une part, expliciter comment les crypto-monnaies peuvent accompagner un projet de société, d’autre part, vous donner une vision globale du marché des cryptos en 2019. Ensemble, nous pouvons transformer le capitalisme.


I – L’argent, racine de tous les maux ?

Quel est l’un des critères majeurs pour juger de la faisabilité d’un programme politique ? Le budget, la réalité des moyens financiers alloués à son exécution. Agir nécessite d’avoir des fonds pour le faire. Dit autrement, le meilleur moyen de faire faire quelque chose à quelqu’un, c’est de le payer pour faire cette chose. Après tout, tout travail mérite salaire. Premier point.

Il est difficile d’imaginer une société sans monnaie.

Deuxième point : effondrement ou non, toujours est-il que conserver notre organisation économique telle quelle, sans rien n’y changer, et s’attendre à obtenir des résultats différents, relève d’une naïveté sans borne. La destruction de l’environnement et les inégalités sociales vont continuer à s’aggraver, c’est structurel (pour ceux que ça intéresse, la chaîne Heu?reka décortique avec brio cette structure).

Or, peut-on imaginer réaliser une nécessaire lutte contre le dérèglement climatique en “retournant” au troc ? Pas davantage. L’émergence d’une économie parallèle semble donc indispensable (troisième point). En bref, si l’argent est souvent vu comme le problème, la monnaie peut également s’avérer être une importante composante de la solution, qu’elle soit locale, crypto, voire crypto-locale.


II – Vers une Économie plus collaborative ?

Notre société emprunte sa monnaie à un intermédiaire, nous vivons à crédit. La zone euro n’est pas propriétaire de ses euros, ils sont en location. Cependant, comment faire lorsque le prétexte de l’intérêt général ne suffit pas à la finance pour accepter de nous en louer ? Dans ce cas de figure, quid des monnaies complémentaires (p.e. monnaies de nécessité, le WIR suisse, le crédito argentin, etc.) ?

Les initiatives monétaires débutent toujours à petite échelle, il est en effet difficile de convaincre des millions de concitoyens d’un coup. Dès lors, quid des crypto-monnaies locales ? Elles préviendraient le risque de faux-monnayage, tout en permettant de connecter des initiatives entre elles. De plus, l’échelle locale entrave la spéculation et limite la consommation énergétique.

Les pouvoirs publics pourraient, localement, faire face à un nouvel interlocuteur crédible,
car ayant enfin les moyens de ses ambitions.

En définitive, le tissu économique de ce début de XXIe siècle serait davantage résilient avec une société civile plus autonome. D’où le besoin d’une Économie parallèle, mais pas forcément séparée : si je veux des cryptos, je dois pouvoir en échanger contre mes euros, si je veux des euros, je dois pouvoir en échanger contre des cryptos. La loi de l’offre et de la demande en somme.


III – Et maintenant ?

Répétons-le, compter uniquement sur le système capitaliste pour relever les défis majeurs que nous promet le XXIe siècle est suicidaire. Ce n’est pas non plus en “retournant” au troc, que l’on parviendra à les relever. Effondrement ou non, avoir une économie fonctionnelle est quoi qu’il arrive une bonne chose. Les crypto-monnaies se posent alors comme un outil plutôt opportun.

Module4

Dans tous les cas, la planète Terre ne signera pas de chèque libellé en euros ou en dollars, en mesure de nous donner les moyens financiers de mieux lutter contre le dérèglement climatique. Les fonds il va falloir les trouver, et voilà pourquoi les crypto-monnaies peuvent s’avérer être de précieuses alliées, en nous donnant les moyens d’agir à un échelon local.

Vous voici rendu(e) au terme du module #4, qui tentait de vous présenter les crypto-monnaies comme un moyen de nous rendre, localement, moins dépendant du système capitaliste, et donc de favoriser notre résilience.

À quel point sommes-nous loin d’un futur où nous nous réglons les uns les autres avec notre téléphone ou une carte de paiement, reliée à un portefeuille électronique ? Depuis ce portefeuille électronique, ne pourrait-on pas convertir une crypto en une autre, voire en euros si besoin ? Cette alternative aux banques pourrait être pratique (dans les villes principalement).

N.B. : Le système capitaliste n’est pas considéré, ici, comme fonctionnel, parce qu’à quel moment piller / détruire notre environnement est-il économiquement responsable ? Depuis quand l’existence d’institutions dites “too big too fail” est-elle économiquement pertinente ? Peut-on se considérer économiquement efficace, lorsque 783 millions de personnes sont touchées par l’extrême pauvreté ?


 Pour mieux comprendre pourquoi le capitalisme seul, ne peux pas relever les défis majeurs qui s’annonce avec le XXIe siècle, vous êtes libre de consulter gratuitement notre livre blanc -> CRYPTOREBOND <-